appel à tous les salariés de la région Drouaise pour le 14.12.09

, par udfo28

Communiqué de L’union Locale de Dreux

et du syndicat PHILIPS-EGP Force Ouvrière

Appel à tous les salariés de Dreux et la région drouaise

PHILIPS : NON AU COUP DE FORCE !

Philips viole le code du travail et veut passer en force pour imposer la fermeture du site de Dreux

L’Etat doit intervenir immédiatement !

L’expertise des documents censés justifier la fermeture du site a démontré de manière irréfutable que l’entreprise « Life Style Consumers », branche du groupe PHILIPS dans laquelle est intégrée le site de Dreux est non, seulement rentable mais que c’est elle qui tire vers le haut les bénéfices records affichés par le groupe au deuxième trimestre avec 176 millions d’Euros de bénéfices !!!! Pour preuve supplémentaire, le PSE de l’an dernier définissait, sur le même site, la branche « LFC » comme « périmètre » d’analyse du PSE … L’expertise a aussi démontré que les actionnaires ont provisionné 20 ou 21 millions d’Euros (soit 15% des bénéfices des actionnaires sur un seuil : trimestre …) pour se débarrasser des salariés qui travaillent dans cette usine depuis 30 ans et plus !!!

L’expertise à démontré que ce « PSE » serait amorti en moins de 15 mois, ce qui en fait le PSE le plus minable : une véritable aumône pour les salariés et une rentabilité exceptionnelle pour les actionnaires.

Pour mémoire, le PSE de COMASEC ou de OUEST INJECTION représentait un « amortissement »é sur 24 mois et plus. D’après les experts de SYNCEA qui ont l’habitude malheureusement de ces procédures, la durée habituelle d’amortissement pour ce genre de multinationale est de 36 mois.

Depuis le début, PHILIPS conteste l’analyse de l’expert sans apporter le moindre élément de preuve de ce que lses porte-paroles, tant au CCE qu’au CE, avancent.

Affirmer n’est pas prouver. Les élus au CCE et au CE sont en droit et même en devoir de demander des comptes avant tout avis !

Les élus ont posé 17 questions complémentaires pour faire examiner les réponses par le cabinet SYNCEA.

Le président du CCE s’est permis d’y répondre, vaguement, la veille du CCE , ,ne permettant pas aux experts d’analyser les documents et d’en faire un rapport écrit présenté au CCE . Même chose au CE.

Dans ces conditions, les experts ont fait connaître leurs disponibilités en terme de calendrier et, vu l’incapacité de PHILIPS à prouver ce qu’ils avancent (invention d’une nouvelle entité dite « Tubes » qui n’existe pas et qui n’apparaît pas dans l’organigramme du groupe fourmi au CCE !!! ) ont défini des dates possibles de réunion tenant compte de cette inertie, pour ne pas dire plus, des représentants du groupe et de leurs propre obligations.

Une motion votée au CCE a acté la mauvaise foi et le refus de consulter valablement le CCE. La même motion a été adoptée au CE. La consultation du CCE et du CE sur un plan aussi grave ne saurait se résumer à une formalité.

Poursuivant dans leur aveuglement criminel pour l’avenir de 218 salariés, les dirigeants de PHILIPS convoquent unilatéralement un CCE le 10 décembre, sans aucun élément nouveau, sans la présence des experts, et menacent de considérer que l’avis du CCE puis du CE sera considéré comme recueilli hors la présence des élus.

C’est du chantage. C’est inacceptable et honteux.

Jusqu’à quand l’Etat va-t-il laisser agir les actionnaires au mépris du code du travail, de l’exigence d’une véritable consultation des instances permettant un avis motivé et éclairé ?

Jusqu’à quand l’Etat va-t-il finalement co-organiser les licenciements ?

Jusqu’à quand les élus locaux et régionaux vont-ils se taire ?

Les travailleurs de PHILIPS et leurs syndicats manifesteront à la Sous Préfecture lundi pour exigeons l’arrêt du coup de force des actionnaires.

Nous exigeons que tout soit mis sur la table en Préfecture.

Cela suffit !!

Il faut arrêter la vague des licenciements Il faut faire respecter les droits ouvriers

Nous appelons les salariés qui le peuvent à manifester à 11H Sous Préfecture lundi 14 décembre.