Loi du 20 aout 2008 en faire l’enjeu de toutes les élections pour tous les salariés

, par udfo28

La preuve par le CESR COUTURIER A DREUX

Nous avons suffisamment analysé, qualifié, expliqué le contenu liberticide au sens propre de la loi du 20 aout issue, faut-il le rappeler et le redire, de la position commune THIBAULT-CHEREQUE, véritables auteurs et co-législateurs de la position commune de destruction de tous les syndicats, y compris les leurs !

Pour tous les patrons, publics et privés, c’est une arme de destruction massive des droits des salariés.

Il suffira qu’un syndicat « maison », camouflé ou non derrière une étiquette confédérée, obtienne plus de 30% des suffrages valablement exprimés, tous collèges confondus, pour signer des accords d’entreprise moins favorable que la convention collective, ainsi dépecée, balkanisée, anéantie ! Il en est de même des statuts et rien n’interdit de penser que cette logique destructrice ne s’étendra pas au code du travail.

Il faut en déduire un enjeu tout à fait nouveau pour chaque élection professionnelle. Il s’agira moins d’élire des DP ou un CE, voire un CTP… que de mesurer la représentativité maison de telle ou telle organisation pour démolir les acquis construits depuis plus de cinquante ans.

Ce qui se joue, au-delà de la survie du syndicat, c’est celle des acquis ouvriers.

C’est sous cet angle que nous avons abordé l’échéance, ô combine difficile, des élections professionnelles au sein du CESR-Couturier de Dreux, auto-école de plus de 50 salariés (54 ou 55). Entreprise « familiale » paternaliste dirigée dune main de fer par l’héritière de la « maison Couturier », institution drouaise où le seul délégué FO, tenant sa place sur la seule représentativité nationale de la confédération, tentait tant bien que mal de faire respecter les maigres droits des salariés depuis des années.

La loi du 20 août a changé la donne.

Plus question de faire du syndicalisme de père tranquille, voire grincheux. La direction met les petits plats dans les grands. 2 collèges. Premier collège :6 électeurs cadre dont le frère de la « patronne », et le candidat CFTC qui, quelques mois avant, représentait la direction dans les réunions des DP …. Vocation tardive mais la CFTC n’est-elle pas l’héritière du St Esprit ?!

Deuxième collège : une candidate CFTC dont la seule « activité » est de plaindre auprès des salariés la gentille patronne et de vilipender l’odieux délégué FO qui met l’avenir de tous en péril en revendiquant constamment. Il faut dire que sa sollicitude envers la direction allait jusqu’a trouver normal de faire travailler les moniteurs d’auto-école 36H00 par semaine.. Payées 35 H00 ! Charité chrétienne émouvante.

Il n’a pas été facile de se décider à relever pareil défi.

Comment trouver un candidat encadrement ? Comment convaincre des salariés peu motivés par le fait syndical d’aller voter FO ? Que de discussions à l’Union Locale …

Je passe sur les détails… mais au bout du compte FO réussit a présenter un candidat dans chaque collège. Exploit pas envisageable il y a quelques mois … rage de la direction qui s’exprime par un tract CFTC odieux, d’attaques personnelles contre le délégué FO….

Qu’importe … les chiens aboient et la caravane passe.

A l’UL, nos 2 camarades-candidats travaillent sur un appel à voter axé sur une seule question, une seule !!!

« Vous croyez que vous allez élire des délégués ? Oui et non. Vous allez surtout, en votant FO sans aucune abstention, ni aucune rature, voter en masse FO car nous prenons l’engagement solennel que jamais nous ne signerons un seul accord inférieur à la convention collective et aux droits acquis. »

Chaque salarié a été vu, cadre ou pas cadre : « Réfléchissez bien. La liste soutenue par la direction ne cherche qu’une chose : faire plus de 30% pour détricoter au sein de l’entreprise toute la convention collective. Vous pouvez penser ce que vous voulez des candidats FO, de notre manque de « souplesse », etc.. . Voter FO c’est voter POUR la convention collective et le code du travail »

Première du genre à Dreux depuis la loi liberticide et corporatiste du 20 aout 2008, cette élection nous a tous fait bouillir d’impatience. Les résultats sont parlants :
- Collège cadre : 6 inscrits, 6 votants. 3 FO, 3 CFTC, notre camarade élue au bénéfice de l’âge.

- Collège employés : 31 voix pour FO, 11 pour la CFTC ; notre camarade est élu haut la main.

Jamais depuis 30 ans que ce camarade est délégué, il n’y a eu une telle mobilisation électorale.

Plus de 90 % de participation !!!

Faites les comptes :

FO 34 voix, CFTC 14. Donc FO « pèse » 70,9 % des voix… et la CFTC 29,1% des voix … aucun accord dérogatoire ne pourra être signé au sein de cette entreprise.

La direction a échoué. Le vote FO garantit les acquis des salariés.

Les salariés, même les plus « atomisés », individualistes, comme des moniteurs d’auto-école, se sont massivement saisis, comme arme de défense de leur convention collective, du bulletin FO .

Attendons les résultats chez Ipsen- Beaufour pour affiner notre argumentaire.

Mais, partout, le vote FO doit être le vote pour le respect des droits ouvriers contre la position commune de démolition des conventions collectives et des statuts.

Et ça, les salariés le comprennent tout de suite.

Il se pourrait bien, que l’arroseur se retrouve arrosé.

Dominique Maillot Secrétaire de l’Union Locale de Dreux